Groupement belge pour la promotion et l'exploitation
Touristique du transport Ferroviaire

 

Info 2018-01

SNCB: vers des changements dans les tarifs?

D’après un projet de contrat de gestion, la SNCB devrait recevoir plus de liberté dans la fixation de ses tarifs.

La SNCB devrait recevoir plus de liberté dans la fixation de ses tarifs. Des prix réduits pourraient notamment être proposés pendant les heures creuses pour tenter d’attirer des voyageurs, ressort-il d’un projet de contrat de gestion 2018-2022 qu’a pu consulter De Standaard. Selon le cabinet du ministre de la Mobilité François Bellot (MR), ce texte n’est toutefois qu’une «version très provisoire, dans laquelle beaucoup de choses peuvent encore changer».

Actuellement, les prix des tickets et des abonnements sont liés à la ponctualité des trains, un point qui n’est plus repris dans le nouveau projet. Par contre, celui-ci prévoit d’offrir une plus grande liberté à la société de chemins de fer dans sa politique tarifaire.

La SNCB pourrait entre autres augmenter le prix des abonnements domicile travail et des tickets d’un maximum de 2% par rapport à l’index. Les abonnements scolaires pourraient quant à eux connaître une hausse de prix de 1% annuellement. La société devrait en outre prendre en compte les coûts plus élevés de l’énergie dans le calcul de ses tarifs.

Pour attirer plus de voyageurs en heures creuses, et ainsi faire diminuer la pression pendant les heures de pointe, la SNCB aurait également la possibilité de proposer des tarifs plus bas et des réductions pendant ces périodes.

Le contrat de gestion appellerait aussi la société de chemins de fer à réaliser des efforts pour intégrer ses tarifs avec ceux d’autres compagnies de transport public, tels que De Lijn ou la STIB. En concertation avec ces entreprises régionales, la SNCB pourrait, en tant que service public, assurer «certaines liaisons locales via d’autres moyens de transport». (L’Avenir, 2018 02 07


Ponctualité en 2017 selon Infrabel : suivre le lien ci-après

https://www.infrabel.be/fr/a-propos/ponctualite/chiffres-ponctualit%C3%A9/2017/1-0


Trams de Liège et « Tram de Liège » : En 2018, souvenirs et avenir

Il y a quelque 80 ans, la jonction par Tramway vicinal électrique entre le tronçon Bassenge à Liège-Coronmeuse-terminus et Liège-place St-Lambert (par le pont Atlas V et la rive droite) était réalisée en vue de l’exposition de l’eau de Coronmeuse qui s’ouvrait en 1939. C’était le 04.04.1938 ! Avant-guerre, l’exploitation fut assurée de mai à septembre 1939 (avec des services de renfort de St-Lambert à Coronmeuse). Le 10.05.1940, le terminus en agglomération retournait à Liège-Coronmeuse par suite de la destruction des ponts Atlas V et ‘des Arches’.

Le point de « Liège-Coronmeuse-terminus » était situé à la limite des communes de Liège et Herstal et était repris[1] sur Herstal pour la tarification sectionnelle.

Une chronique sur ce sujet est en cours de réalisation

C’est en 2018 que doit être attribuée par la SRWT la commande du « Tram de Liège ». Les premiers travaux concerneront en principe le centre de maintenance de Bressoux et la section en RD en aval de Liège, devrait suivre. Le terminus de la 1ère phase de Coronmeuse se situera approximativement à l’emplacement du point cité de la station terminus de la SNCV.

En 1882, le tram à vapeur de la RELSE était mis en service entre Liège (Blonden) et Jemeppe (église). Cette société créait le premier chemin de fer public sur route en Belgique

Le tronçon en amont de Liège de la nouvelle et première ligne du tramway se situera sur l’itinéraire cité de la RELSE entre Liège (Standard) et Liège, place général Leman en RG. La dernière circulation des tramways électriques sur ce tronçon a eu lieu le 03.11.1967.

C’est l’occasion de signaler un erratum au Tome 2 (Les chemins de fer vicinaux) de « Les tramways au Pays de Liège », ce livre surnommé TPL2 est toujours disponible.

Page 387 : il y a : les dates de transfert dans le Hainaut des motrices S 9788 et S 9789 libellées respectivement au 09 et 17.01. 1961. à Il faut dorénavant fixer l’année à 1962 ! Les dates dans le TPL2 provenaient de « Présence du Tramways » n°7 de 1967 ; ces dernières furent reprises également dans d’autres publications. Cette différence d’une année était en contradiction avec la date (exacte) de la photo publiée en page 341 du TPL2 qui fixe une circulation en exploitation de la motrice S9788 en 1961 !

Ce sont des recherches actuelles (février 2018), le questionnement et la sagacité de W. Pattyn pour un article à paraitre dans « Journal du chemin de fer » qui permettent cette rectification.

Les possesseurs du livre TPL2 ont intérêt à imprimer ce texte et de le joindre à leur exemplaire

Bibliographie

Trans Europ Express

C’est en 1954 que 7 compagnies ferroviaires s’unissaient pour offrir aux voyageurs un éventail de liaisons ferroviaires confortables et très rapides entre les capitales et grandes villes, par une marque commerciale forte d’une identité européenne : Trans Europ Express.

Les prémices d’une Union Ferroviaire Européenne débutèrent en juin 1957, avec les six pays fondateurs de la CEE et la Suisse. Le TEE offrait aux passagers aisés un voyage luxueux et rapide en 1ère classe uniquement avec une cuisine à bord du train, peu d’arrêts et un contrôle douanier dans le train.

L’identité de cette jeune marque européenne en pleine expansion était représentée par son matériel roulant, dans une livrée unique bordeaux/beige, par son logo incliné signe de vitesse et de progrès. De l’aluminium, du revêtement stratifié et un éclairage au néon marquaient l’apparence extérieure.

La crise pétrolière et monétaire qui débuta en 1973 sonna le glas des « Trente Glorieuses » et conduisit au déclin du TEE. La crise économique atteignit tout particulièrement les compagnies ferroviaires européennes, le TEE perdit sa clientèle et le 1er juin 1987 la marque TEE disparut des directives de l’Union Internationale des Chemins de Fer.

L’Art de l’affiche publicitaire

L’ère TEE fut marquée par de nombreuses affiches publicitaires célèbres vantant les atouts de ces nouveaux trains rapides à travers l’Europe. Un collectionneur suisse et fondateur d’une association de préservation des TEE, Daniel Häni, vient de publier un très bel ouvrage consacré à l’histoire de toutes ces splendides affiches promotionnelles de ces trains de luxe.

L’ouvrage explique comment l’affiche a été utilisée dans la publicité touristique pour promouvoir le trafic voyageurs international haut de gamme, et rend de manière visible toutes les sensibilités des différentes compagnies ferroviaires qui ont contribué à la fascination de l’ère du Trans Europ Express pendant une trentaine d’années.

De grands graphistes connus ont collaboré aux campagnes publicitaires de promotion des trains TEE ; en Belgique le peintre et artiste Gaston Bogaert dessina plusieurs affiches pour la SNCB sous le pseudo de Capouillard en prenant pour modèle les dessins humoristiques du français Raymond Savignac.

L’architecte Paul Funken participa, également, à cette grande aventure par des dessins reprenant une constante simplicité du graphisme et une composition verticale des affiches.

Ces publicités s’adressaient surtout aux hommes d’affaires, aux fonctionnaires et aux hommes politiques, et les messages publicitaires définissent par des slogans mémorisables ce qu’étaient les priorités des voyageurs de l’époque TEE : rapidité, élégance et confort dans des liaisons de courte durée entre grandes villes européennes.

En parcourant les 160 illustrations d’excellente qualité de reproduction au cours des 200 pages de ce splendide ouvrage, on revit rapidement avec nostalgie quelques grands noms des trains de l’époque. Oui les TEE n’étaient pas un numéro, ni S20 ni IC 428 mais ils portaient un nom, lié à l’histoire des pays traversés : Saphir, Etoile du Nord, Ruban Bleu, Rubens, Parsifal, Edelweiss, Rheingold, Gottardo, Rembrandt, Iris, Memling, Molière.

Un splendide ouvrage rédigé en allemand, anglais et français qui peut être commandé au prix de 73 € auprès de l’auteur : daniel.haeni@bluewin.ch

EW et AYT (via Ph. Touwaide)



VIDEOS

Trams type S (ex SNCV) en Espagne (via WBO)  : https://youtu.be/0OdqLrhVhiY

Grue Cockerill à Montluçon : https://youtu.be/hp39uDll260

Vapeur en Belgique ; souvenirs (Source : via PHE) : http://www.bundesbahnzeit.de/page.php?id=HS2011-02-28_Dampf_in_Belgien&sw=Belgien

Attention : Certains liens peuvent apparaitre sous plusieurs lignes après transmission. S’ils apparaissent en plus d’une ligne, il faut :
soit appuyer sur enter après la dernière lettre (ou signe) de la dernière ligne et ensuite d’utiliser le lien ;
Soit : il faut joindre la ou les lignes suivantes SANS blanc, sans espace !!!! et ensuite soit ‘enter’ à l’extrémité de la ligne reconstituée (si c’est possible), soit glisser le tout dans votre navigateur.

[1] Fascicule 8 de la SNCV du recueil des tarifs. Voir également p 303 de l’ouvrage op.cit.
 

   

 

Le GTF est une association sans but lucratif fondée en 1975, qui a pour but de rassembler les personnes qui s’intéressent de près ou de loin aux transports par rail (chemin de fer et transport en commun urbain), ou plus simplement ceux qui recherchent des formules inédites de voyages en vue de découvrir sous un jour inusité des régions souvent bien connues. Les animateurs sont bénévoles.
 
GTF asbl
RPM Liège – BCE 0415 055 476 - Résidence ‘Les Mous’lis’ - Quai Marcellis, 11 bte 000 - 4020 LIEGE – Belgique

Mentions légales - Archives - Liens - Association